Coordonnées et Horaires

Médiathèque Municipale

Espace Prosper Mérimée

Boulevard Léon Cladel

82200 MOISSAC

Tel : 05.63.04.72.33

Courriel : bibliotheque@moissac.fr

Facebook : Médiathèque de Moissac

Mar 10h00-12h00 13h00-16h00
Mer 10h00-12h00 13h00-16h00
Jeu  10h00-12h00 13h00-16h00
Ven  10h00-12h00

13h00-16h00

Sam  10h00-12h00 13h00-16h00
Dim Fermé
Lun Fermé

Prix Artemisia

L'année 2020 est placée par le Ministère de la Culture sous le signe de la bande dessinée. La médiathèque souhaite mettre à l'honneur les femmes qui oeuvrent dans le 9e art. Pour se faire nous avons décidé de mettre en avant la sélection 2020 du Prix Artémisia.

Le prix Artémisia récompense chaque année début janvier un livre de bande dessinée réalisé par une ou plusieurs femmes. L'objectif du prix est de mettre en avant la production des auteurs féminins de bande dessinée.

Prix Artemisia

Ada

par Baldi, Barbara
1917, quelque part en Autriche. La jeune Ada vit seule avec son père, un bûcheron aussi rustre qu'autoritaire. Le talent et la curiosité de la jeune fille pour la peinture ne font qu'attiser la colère et le mépris du père. Consciente que l'affrontement n'est pas une option, Ada fait mine de se soumettre à l'autorité paternelle, pour mieux, secrètement, s'adonner à sa passion. Pour autant, l'orage se prépare au loin et il sera difficile d'y échapper…

Cassandra Darke

par Simmonds, Posy
"Cassandra Darke, Londonienne pur jus, vieille teigne misanthrope, mauvaise coucheuse en surcharge pondérale, n’est pas sans rappeler le célèbre Scrooge de Dickens. Elle ne pense qu’à elle-même et aux moyens de préserver le confort dont elle jouit dans sa maison de Chelsea à 8 millions de livres. La galerie d’art moderne de son défunt mari a été le théâtre de fraudes qui l’ont mise en délicatesse avec la justice et au ban de son milieu. Mais Cassandra s’accorde le pardon, au prétexte qu’«à côté de tous ces meurtriers récidivistes, on se sentirait presque comme Blanche-Neige». Ses fautes n’impliquent «ni violence, ni arme, ni cadavre». Hélas, dans son sous-sol, une ex-locataire, la jeune et naive Nicki, a laissé une surprise qui pourrait bien s’accompagner de violence et d’au moins un cadavre"

Corps à coeur, coeur à corps

par Castor, Léa
"Ce projet je le trouve beau et j'aime la diversité des images que Ibn voit. Il nous redonne le sourire parce que HELLO ! On est tous différents putain. Ces témoignages nous bouleversent, j'ai été chamboulée par ce projet, j'ai ressenti une foule d'émotions, d'abord la peur de me lancer : Et si ce que j'avais à dire n'intéressait pas ? " Et tu te rends compte, prendre tes seins en photo et les envoyer pour qu'ils soient publiés mais WHAT ? " Ensuite de la fierté, ai fait quelque chose de bien pour moi et peut-être pour une autre personne. Et enfin de l'admiration quand je me suis découverte sous les traits des dessins."

Dans le même bateau

par Petersen, Wiebke dit Zelba
En novembre 1989, le mur de Berlin tombe. Wiebke Petersen a 16 ans et pratique l'aviron à haut niveau. Elle réside avec sa famille à l'Ouest de l'Allemagne, et sa vie de résumé alors au lycée, à son club d'aviron et... au garçons, bien que loin des premiers signes de révolte qui grondent à l'Est du pays. En 1991, elle est sectionnée dans l'équipe nationale junior pour les championnats du monde, la toute première équipe de l'Allemagne réunifiée ! Elle rencontre ces "autres" Allemands, à la fois si semblables et si différents. Ensemble, ils vont devoir vaincre les préjugés et réticences mutuels pour former une véritable équipe unie et défendre ce pays, encore lesté par le poids d'une d'une histoire écrite avant leur naissance.

Il fallait que je vous le dise

par Mermilliod, Aude
" J'avais 24 ans. C'était man choir. Un choix que je n'ai jamais regretté depuis. Cela ne veut pas dire que ça a été facile. J'ai été bouleversée par cette décision, et très seule face à des émotions que je ne m'expliquais pas. Des années plus tard, j'ai décidé d'écrire tout cela. De dire toutes ses choses que l'on garde silencieuses, dans l'espoir que mon témoignage sera utile et rassurant pour d'autres ". Il fallait que je vous le dise est un récit à deux voix dans lequel le parcours personnel de l'autrice rejoint le parcours du médecin et romancier Martin Winckler, autour d'un sujet encore largement tabou : l'avortement.

L'âge bleu : sauver l'océan

par Defréville, Anne
Les tribulations de drôles de poissons dans un futur post-apocalyptique Le 30 mars 2030, une pluie de particules fines s'abat sur la Terre et provoque la " rétroévolution " des hommes qui retournent à l'état de poissons. Raymond Scie, historien, et Brigitte Van Dyck, artiste, nous embarquent dans leurs tribulations sous-marines à la recherche de l'antidote miraculeux capable de leur redonner forme humaine. De rencontres en découvertes, ce sont des pans entiers des dérives de l'anthropocène qui surgissent : dérèglement climatique, acidification et pollution des eaux, perturbateurs endocriniens, espèces invasives, perte de la biodiversité... La sonnette d'alarme est tirée mais avec un humour grinçant et poétique !

La fille dans l'écran

par Lubie, Lou
Deux filles que tout opposent, prennent contact  sur internet pour ensuite faire connaissance dans  la « vraie vie ». Elles seront submergées par des  sentiments troublants. Coline, 22 ans vit en France et souffre de troubles  anxieux qui l'ont isolée du monde. Hébergée à la  campagne chez ses grands-parents, elle rêve de  devenir illustratrice. Ses recherches d'inspiration la  conduisent à contacter Marley, une photographe  installée à Montréal. De son côté, Marley, 28 ans  vit au Québec a abandonné sa passion pour la  photo pour se laisser porter par sa vie  montréalaise trépidante. Elle a un job alimentaire, un amoureux québécois et un quotidien rythmé  par des sorties. Les messages de Coline vont  réveiller en elle un réel besoin d'authenticité. Coline et Marley vont tisser un lien capable de  surmonter la distance et le décalage horaire et qui se révèlera de plus en plus dense jusqu'à la rencontre en France…

La vie intelligente

par William Levaux, Aurélie
Dans son précédent livre publié chez Atrabile, Sisyphe, les joies du couple, Aurélie William Levaux disséquait avec la plus grande justesse les affres et les tourments d’une relation «amoureuse» terriblement toxique. Dans La Vie intelligente, les choses semblent s’être bien apaisées, même si la vie, bien qu’intelligente, reste toujours compliquée. C’est avec énormément d’humour que l’auteure nous parle de cette nouvelle vie intelligente, grâce à une plume volatile, emportée et aérienne, qui passe de digression en digression (Pierre Bénichou, la révolution, les pizzas à un euro, la place de l’artiste, etc.) pour mieux retomber sur ses pattes. «La femme», «la fille», «Neandertal», principaux «personnages» de cette histoire ('), prennent véritablement vie grâce à la prose d’AWL et on aimerait pouvoir les suivre comme ça pendant des pages et des pages encore. Quant aux dessins, toujours sur tissu, toujours en couleurs, ils apparaissent eux aussi comme moins tourmentés, mais pas moins poétiques, ni moins suggestifs. Alors, La Vie intelligente, une certaine idée du bonheur'

Les deux vies de Pénélope

par Vanistendael, Judith
« Je m'appelle Pénélope. Mais je n'attends pas. Je ne tisse pas. Je sauve des vies. » Chirurgienne pour une organisation humanitaire, Pénélope passe la plupart de son temps en mission dans des pays en guerre. Quand elle revient chez elle, elle retrouve un mari aimant, une fille adorable et un foyer rassurant. Et pourtant ces retours à la maison lui sont de plus en plus pesants. Comment s'intéresser à la vie de tous les jours quand on pense sans cesse aux morts qu'on a laissés derrière soi ? Chez elle, Pénélope se sent inadaptée, pas à sa place.

Made in France : 68-78, chronique d'une famille chinoise à Paris

par Tchao, Brigitte
Les yéyés peuvent-ils avoir les yeux bridés ? Une petite fille grandit à Paris dans le Quartier Latin, portée par l'élan de mai 68. Elle adore les chansons populaires et les programmes télé des années 70. Elle va l'école, s'amuse, s'étonne, rêve, fait tout pareil que la plupart des jeunes français de sa génération. Le seul hic, ou pas, c'est qu'elle est d'origine chinoise.

Notes de bas de page

par Vollenweider, Nacha
Notes de bas de page est un roman graphique qui parvient à combiner l'expérience de l'auteur en Allemagne, la dictature militaire argentine des années 70, la crise des migrants en Europe et l'émigration de son arrière-grand-père suisse dans un même récit où tout est simple et fluide. C'est le tour de force auquel parvient Nacha Vollenweider. Son premier roman graphique est construit comme une dérive de la mémoire, une suite de digressions graphiques et narratives qui expliquent des liens inimaginables jusqu'alors et qui deviennent évidents.

Saison des roses

par Wary, Chloé
– On nous prend pas au sérieux nous les meufs. Des fois je me dis que ce serait plus simple si j'avais des couilles. – C'est pour ça que tu t'ha­billes comme un mec. – Arrête on dirait ma mère! – T'façon même en talons tu serais pas plus fémi­ni­ne… – Une gazelle, ça court pas en talons.

Waldo

par Les Bains, Lorraine
Un homme, Waldo Maelfait, immense vedette de la chanson française, est assassiné à son domicile. Derrière les murs de leurs maisons, des personnages hypocrites, passionnés, furieux, insupportables, dépressifs, débiles et qui n'ont apparemment rien à voir ensemble, réagissent à ce décès. En espionnant de maison en maison, et sans jamais voir le moindre personnage, le lecteur découvre progressivement les liens qui se dessinent entre eux, jusqu'à l'identité du tueur. Une BD-soap opéra- thriller servie par l'humour absurde de Lorraine Les Bains et préfacée par Fabcaro.

Aide visuelle

Malvoyant
Thème par défaut

Nouveautés