Coordonnées et Horaires

Bibliothèque Municipale

Espace Prosper Mérimée

Boulevard Léon Cladel

82200 MOISSAC

Tel : 05.63.04.72.33

Courriel : bibliotheque@moissac.fr

Lun Fermé
Mar 13h00-18h00
Mer  10h00-12h00 13h00-18h00
Jeu  

 13h00-18h00

Ven    13h00-18h00
Sam 10h00-12h30 13h30-18h00
Dim

Le jour du chien de Patrick Bauwen

Le docteur Kovak tente de reprendre goût à la vie depuis l'assassinat de sa femme Djeen il y a 3 ans. Un soir il prend la défense d'une femme dans le métro face à 2 voyous et reçoit une balle dans l'épaule. Le lendemain Kovak regarde la vidéo diffusée sur internet par les 2 lascars et découvre en arrière plan une femme blonde dont le visage lui est familier puisqu'il s'agit de celui de sa femme disparue!

Malgré une intrigue somme toute assez classique, Patrick Bauwen réussit parfaitement à nous tenir en haleine ! Il y a du rythme, des rebondissements et des événements qui s'enchaînent à merveille.

 

Lien vers la notice

L'enfant qui mesurait le monde de Metin Arditi

Les personnages principaux du livre vivent sur l'île de Kalamaki en Grèce, frappée par la crise mais encore préservée du tourisme de masse. Il y a Eliot, l'architecte américain, qui après avoir perdu sa fille, revient à ses origines ; Maraki, la pêcheuse à la palangre ; Yannis, son jeune fils autiste, qui comptabilise chaque jour les arrivées des bateaux au port et les clients au café, pour maintenir l'équilibre du monde. Une belle histoire d'amitié alors va se lier entre Eliot et Yannis.

Un beau roman grave et sensible dont on ne ressort pas indemne.

 

Lien vers la notice

L'ordre du jour d'Eric Vuillard

Février 1939, palais du Reichstag, Berlin. Vingt-quatre hommes d'affaire sont convoqués à une réunion en présence du Fürher. Ils sont priés de participer à l'effort financier du IIIe Reich. Ils se nomment Von Opel, Gustav Krupp, Günther Quandt, Albert Vögler... et sont les patrons des futurs empires BASF, Siemens, Bayer, Agfa, Opel, etc. .

 

Mêlant anecdotes historiques glaçantes et réflexions mordantes sur ceux qui ont cautionné, financé, soutenu parfois malgré eux l'ascension de celui qui allait mettre l'Europe - et le monde - à feu et à sang, ce roman de Eric Vuillard ne laisse pas indemne.

Prix Goncourt 2017.

 

Lien vers la notice

L'art de perdre d'Alice Zeniter

Naïma cherche ses origines. S'en veut de ne rien connaître du pays de sa famille. A honte de ne pas parler arabe. Alors elle part à la recherche de son passé. Dans les récits de ses proches d'abord, rares, précieux, puis dans l'Histoire avec un grand H. Elle cherche son pays, l'Algérie, et accumule les faits historiques, familiaux, pour mieux combler le vide du déracinement, le manque de ce pays qu'elle ressent sans même y être allé une seule fois.

 

Un roman magistral sur la quête d'identité, sur les champs de ruines laissés après colonisation. Brillant, souvent drôle et toujours émouvant, à lire absolument.

 

Lien vers la notice

A la lumière du petit matin d'Agnès Martin-Lugand

Hortense a la quarantaine, une vie bien rangée partagée entre ses cours de danse et sa relation amoureuse avec Ayméric, un homme marié. Mais tout bascule quand Hortense, suite à une mauvaise chute doit arrêter de danser. Elle décide de partir se reposer dans la maison familiale dans le sud de la France. Cet exil volontaire lui fait prendre conscience que sa vie actuelle n'est peut être pas la vie dont elle rêvait…

Une histoire pleine d'espoir, sincère et douce qui sait nous toucher et surtout nous faire sentir bien.

 

Lien vers la notice

Aux livres exquis de Fanny Vandermeersch

Chloé est une jeune maman attentionnée mais une femme délaissée par son mari, Clément. Après plusieurs mois de chômage, elle réussit à se faire embaucher en tant que serveuse dans un café littéraire « Aux livres exquis ». Dès lors sa vie va changer.

Un roman qui met du baume au cœur, facile à lire, avec de l'amitié et de l'amour à revendre, mais aussi des passages de réflexions très touchants sur les liens familiaux distendus, sur le deuil, sur les sentiments amoureux, sur la découverte de ses origines.

Lien vers la notice

La nostalgie heureuse d'Amélie Nothomb

Comment une nostalgie peut être heureuse ? Amélie Nothomb nous fait voyager avec elle à travers ses souvenirs et les personnes qu’elle a connues au pays du soleil levant le Japon.

Un roman autobiographique passionnant et très émouvant. Ecrit avec un style simple et accessible à  tous, c’est bien sûr le style nothombien.

 

Lien vers la notice

Pleurer des rivières d'Alain Jaspard

Dans son premier roman, Alain Jaspard nous livre une histoire d’une simplicité étonnante où  il donne voix et chair à ceux que l’on entend plus.

Un choc des cultures rythmé et incisif.

 

Un nouvel auteur à suivre.

 

 

Lien vers la notice

Dans le murmure des feuilles qui dansent d'Agnès Ledig

 

Il y a 2 histoires dans le livre : celle d'Anaëlle qui engage une correspondance, pour les besoins de son roman, avec Hervé, un procureur de la République. Et celle de Thomas, jeune menuisier passionné de faune et de flore dévoué totalement à son petit frère Simon hospitalisé. Ces 2 destins vont se croiser à un moment donné...

 

Agnès Ledig a su, une fois de plus, trouver les mots justes pour nous toucher et nous faire partager des émotions fortes grâce à des personnages touchants.

 

 

 

Lien vers la notice

Les fantômes du vieux pays de Nathan Hill

un événement défraie la chronique, ce jour d'été 2011 : une femme inconnue a jeté des cailloux sur un candidat à l'élection présidentielle. Samuel, dépressif, malheureux et perpétuellement en souffrance découvre avec stupeur sur les écrans de télévision que cette femme menottée, honnie par l'Amérique entière est sa mère. Partie lorsqu'il avait onze ans, abandonnant mari, enfant, foyer.. .

 

Sur fond de saga familiale, Nathan Hill nous brosse un tableau de l'Amérique des années 60 à nos jours. Un ouvrage dense, foisonnant, à la fois passionnant et incroyablement émouvant.

 

Lien vers la notice

Les prénoms épicènes d'Amélie Nothomb

Roman vedette de la rentrée littéraire 2018, court mais  très captivant. La dame au chapeau nous entraîne dans cette relation compliquée et difficile entre un père et sa fille.Mais aussi la soif de vengeance d’un homme abandonné par la femme de sa vie.

Un roman fluide, facile, sans pesanteur. C’est le style nothombien.

 

lien vers la notice

Aide visuelle

Malvoyant
Thème par défaut

Nouveautés