Coordonnées et Horaires

Médiathèque Municipale

Espace Prosper Mérimée

Boulevard Léon Cladel

82200 MOISSAC

Tel : 05.63.04.72.33

Courriel : mediatheque@moissac.fr

Facebook : Médiathèque de Moissac


Horaires

Mar Fermé 13h30-18h00
Mer 10h00-12h00 13h30-18h00
Jeu  10h00-12h00 13h30-18h00
Ven  Fermé

13h30-18h00

Sam  09h00-12h30 13h30-17h00
Dim Fermé
Lun Fermé


Horaires estivaux

Mar 09h00-12h00 13h00-16h00
Mer 09h00-12h00 13h00-16h00
Jeu 09h00-12h00 13h00-16h00
Ven 09h00-12h00

13h00-16h00

Sam  10h00-16h00
Dim Fermé
Lun Fermé

ROCK ATTITUDE 1ERE TENDANCE : UN ETAT D'ESPRIT !

Les écritures américaines sont les dignes représentantes de la rock attitude : on pense à Tom Wolfe, Bret Easton Ellis ou bien encore Chuck Palahniuk.

Nous y assoçions aussi Melvin Burgess et Irvine Welsh pour ce qui concerne les écritures anglo-saxonnes près de chez nous.

Côté français, des auteurs sont couramment assimilés à la littérature rock pour leurs univers de marginaux, drogués en manque, anti-héros en rupture abonnés aux ratages, plans galères et autre misère sexuelle, usant d’un langage réaliste et cru, tragicomique. C'est le cas de Virginie Despentes, Philippe Djian ou encore Michel Houellebecq, même si certains d'entre eux ne seraient pas toujours d'accord !

Enfin, certains romans rugueux et déviants de la Beat generation y sont souvent rattachés : on ne pourra éviter William S. Burroughs (Le festin nu) ou bien Charles Bukowski qui pourtant déclarait adorer Wagner, Brahms, Beethoven et surtout Mahler !

Présentation succinte de quelques auteurs :

- Tom Wolfe est le chef de file de toute la mouvance du nouveau journalisme américain (notamment avec Truman Capote et Norman Mailer), né dans les années 60. Il est considéré comme "rock" car ses articles et ses reportages présentent une critique implicite de différents aspects de la société américaine. Retrouvez la chronique de Moi, Charlotte Simmons dans l'onglet COUPS DE COEUR.

- Bret Easton Ellis : prodige des lettres américaines, ayant rêvé longtemps d'être une rock star, il a, dans ses livres "déchiré les tympans de l'American Way of Life" et en a révélé les aspects les plus sombres... Dôté d'une écriture abrupte et taillée au couteau (proche de Bukowski ou Kerouac) et réaliste (proche d'Irvine Welsh), il nourrit un style fait de phrase courtes et percutantes aux dialogues hachés. Une écriture rock, sèche et électrique qui fait d'Ellis un incontournable dans la littérature rock. D'ailleurs, la musique est présente dans chacun de ses romans. Rappelons qu'Ellis a appartenu à un groupe de rock lors de ses études universitaires : "J'étais fortiche pour écrire des musiques de chansons gratouillées sur ma guitare. En revanche, pour les paroles, c'est bizarre, mais j'ai toujours été naze. Des love stories insipides. Je me suis vengé de ma mièvrerie par le roman !" (Vox Pop, n°1, 2007) Retrouvez la chronique de American Psycho et de Moins que Zéro dans l'onglet COUPS DE COEUR.

- Chuck Palahniuk est un écrivain et journaliste américain adepte de la "dangerous writing", une école qui prône un style minimaliste et le mépris de l'emphase. Son premier texte, Monstres invisibles (90'), est refusé par les éditeurs qui n'apprécient ni le style ni le contenu de cette nouvelle très trash. L'écrivain, outré, décide alors d'écrire un roman, plus long, plus dur et plus choquant encore... C'est Fight Club, un roman-défouloir, rédigé en trois mois et basé sur la liberté apportée par la violence (ou simplement son image). Un ravissement pour les éditeurs... mais qui laisse le public de glace à sa sortie, jusqu'à ce que le texte soit adapté à l'écran quelques temps plus tard. Retrouvez la chronique de Fight Club dans l'onglet COUPS DE COEUR.

- Melvin Burgess, précurseur de la littérature pour adolescents en Angleterre, est reconnu pour son écriture sans concession, au réalisme parfois controversé mais toujours chaleureuse et empreinte d'humour. Retrouvez la chronique de Kill all enemies dans l'onglet COUPS DE COEUR.

- Virginie Despentes : écrivain trash, représentante d'une contre-culture, elle adapte aussi au cinéma certains de ses romans et réalise des documentaires. Membre de l'académie Goncourt depuis 2016, elle est considérée comme une écrivaine essentielle de son époque, ses livres reflétant de façon dérangeante par ses sujets et son style direct, le monde actuel. En cultivant une écriture "pop", syncopée, nerveuse et directe, elle flingue les conventions et invente une nouvelle esthétique à la fois brute et émouvante. De Baise-moi à Vernon Subutex, toute l'oeuvre est parcourue de références rock ou de héros rockeurs (déchus) : The Cure, The Stooges, Les Cramps; Public Ennemy ou encore Hole (alias Courteney Love).

Petit exemple de référence musicale dans King Kong Theorie :

« Heureusement, il y a Courtney Love. En particulier. Et le punk-rock, en général. Une tendance à aimer le conflit. Je me refais une santé mentale, dans mon ombre de blonde. Le monstre en moi ne lâche pas l’affaire. Je me fais plaquer, je n’ai pas d’enfant. J’en crève le jour de mes 35 ans. Sans trop savoir au juste si je souhaite encore une preuve à brandir au monde, que je suis une femme aimable. Qui fait même des enfants. Comme prescrit dans la presse. Mais on a la vie qu’on doit avoir, car tout ça ne marche pas très fort pour moi. Je ne suis pas douce je ne suis pas aimable je ne suis pas une bourge. J’ai des montées d’hormones qui me font comme des fulgurantes d’agressivité. Si je ne venais pas du punk-rock, j’aurais honte de ce que je suis. Pas foutue de convenir à ce point-là. Mais je viens du punk-rock et je suis fière de ne pas très bien y arriver. »

 

- Michel Houellebecq est l'écrivain-poète qui dit lui-même : "le rock, généralement, je ne peux même pas en penser quelque chose : c'est mon univers naturel". Les particules élémentaires le fait connaître d'un large public. Celui-ci et son livre suivant, Plateforme, sont considérés comme précurseurs dans la littérature française, notamment pour leur description au scalpel, mais non sans humour, de la misère affective et sexuelle de l'homme occidental dans les années 90' et 2000. En parallèle, il ose relever le pari de mêler poésie et rock, en scandant des textes sur fond de rock.

- Philippe Djian : un romancier, nouvelliste, parolier et scénariste, diplômé d'école de journaliste à l'écriture instransigeante et vive. Il ne laisse aucun temps mort et crée toujours la surprise. Estampillé malgré lui rock'n'roll, il ose tout et s'en donne à coeur joie dans chaque livre, multipliant les rebondissements et les invraisemblances. Car, selon lui, c'est en chargeant lourdement la barque de ses personnages, que l'on peut vraiment faire entendre leurs voix.

 

Aide visuelle

Malvoyant
Thème par défaut

Nouveautés