Coordonnées et Horaires

Médiathèque Municipale

Espace Prosper Mérimée

Boulevard Léon Cladel

82200 MOISSAC

Tel : 05.63.04.72.33

Courriel : mediatheque@moissac.fr

Facebook : Médiathèque de Moissac


Horaires

Mar Fermé 13h30-18h00
Mer 10h00-12h00 13h30-18h00
Jeu  10h00-12h00 13h30-18h00
Ven  Fermé

13h30-18h00

Sam  09h00-12h30 13h30-17h00
Dim Fermé
Lun Fermé


Horaires estivaux

Mar 09h00-12h00 13h00-16h00
Mer 09h00-12h00 13h00-16h00
Jeu 09h00-12h00 13h00-16h00
Ven 09h00-12h00

13h00-16h00

Sam  10h00-16h00
Dim Fermé
Lun Fermé

LA GOUTEUSE D'HITLER DE ROSELLA POSTORINO

Dans le roman, Margot devient Rosa Sauer, une jeune femme qui vient de fuir les bombardements à Berlin et se réfugie chez ses beaux-parents à la campagne. Mais du jour au lendemain elle se retrouve « confisquée » par la Schutzstaffel, parmi d’autres femmes pour devenir une des goûteuses d’Hitler. En effet, ce dernier vit dans l’angoisse d’être empoisonné.

Etre menée chaque jour dans la Tanière du Loup, en pleine forêt, à la caserne de Krausendorf, c’est pour Rosa le chemin de la condamnation et de l’exil sans cesse répété. Manger c’est alors lutter contre la mort, sous la surveillance des SS et en compagnie des autres goûteuses dont certaines, dites les Enragées, sont soumises à la cause, prêtes à mourir pour ce Führer qu’elles considèrent comme un grand frère ou un fantasme de mari.

Elle, qui n’a jamais été nazie, tente de survivre. Mais « la survie est le fruit de hasard » et elle se retrouve dans des endroits dans lesquels elle ne veut pas être tout en les acceptant sans se rebeller. C’est le cas notamment de sa rencontre avec une Baronne qui se prend d’amitié pour elle et qui soutient Hitler (contre Staline) ou de sa liaison non prévue avec un de ses geôliers.

Rosa Sauer est prisonnière de sa vie et en portera le poids de nombreuses années.  Comment en effet, dire une vie vécue comme un mensonge ? Ce qui a été fait, après-guerre est condamnable…

Le roman, porté par une écriture captivante questionne la honte dans une époque infirme « qui bousculait les certitudes, démembrait les familles [et] mutilait tout instinct de survie ». Il questionne aussi notre rapport à la moralité : « Est-il immoral de sacrifier sa vie si le sacrifice est inutile ? » et renvoie à notre capacité d’adaptation dans l’horreur de l’Histoire.

En effet, comment survivre et conserver malgré tout son humanité ? Comment vivre et désirer lorsque les certitudes d’une vie s’écroulent ? Comment après guerre, reconstruire un chemin sous le poids de la faute et du secret quand on n’a plus que des barricades à lever ?               L’amour n’y survit pas et le silence abyssal face à ce qui a été vécu reste encore un nouveau moyen de survivre une fois la guerre finie.

Cette histoire pleine de rebondissements et à la psychologie intéressante mêle l’horreur de l’Histoire et l’empathie pour l’humain pris dans cet engrenage malgré lui. Une histoire sur la faim, l’amour, la passion et le désir de vie.

lien vers la notice

 

Aide visuelle

Malvoyant
Thème par défaut

Nouveautés