Coordonnées et Horaires

Médiathèque Municipale

Espace Prosper Mérimée

Boulevard Léon Cladel

82200 MOISSAC

Tel : 05.63.04.72.33

Courriel : mediatheque@moissac.fr

Facebook : Médiathèque de Moissac


Horaires

Mar Fermé 13h30-18h00
Mer 10h00-12h00 13h30-18h00
Jeu  10h00-12h00 13h30-18h00
Ven  Fermé

13h30-18h00

Sam  09h00-12h30 13h30-17h00
Dim Fermé
Lun Fermé


Horaires estivaux

Mar 09h00-12h00 13h00-16h00
Mer 09h00-12h00 13h00-16h00
Jeu 09h00-12h00 13h00-16h00
Ven 09h00-12h00

13h00-16h00

Sam  10h00-16h00
Dim Fermé
Lun Fermé

DANS LA MER IL Y A DES CROCODILES DE FABIO GEDA

 Au début du livre, Enaiatollah a une dizaine d’années, il vit en Afghanistan dans le village de Nava situé dans la province de Ghazni avec sa mère et ses frères et sœurs. Le problème est qu’Enaiat a le malheur d’appartenir à l’ethnie hazâra (ethnie chiite qui parle le hazâragi un dialecte persan) détestée et opprimée par les talibans et les Pachtounes.

 

Beaucoup de gens pensent que les talibans sont afghans, mais ce n'est pas vrai. Bien sûr, il y a aussi des Afghans parmi eux, mais pas seulement. Ce sont des ignorants du monde entier qui empêchent les enfants d'apprendre : ils ont peur que nous comprenions qu'ils n'agissent pas pour Dieu mais pour leur propre compte.

 

Enaiat va perdre son père dans un accident de voiture, chauffeur routier obligé de travailler pour les talibans. A partir de cet événement tragique sa vie va basculer. En effet pour éviter à son petit garçon d'être pris comme esclave en remboursement d'une prétendue dette familiale (dans l’accident le père a détruit la cargaison des talibans qui réclament alors le versement d’une contrepartie), sa maman, désespérée, quitte leur village et abandonne sans un mot Enaiat à la frontière pakistanaise.

 

Commence alors un long et dangereux périple de 5 ans pour cet enfant afghan vers l’ouest et l’Europe via le Pakistan, l'Iran, la Turquie, la Grèce et Turin en Italie où Enaiat décide enfin de poser son maigre baluchon.

 

Enaiat va devoir faire preuve tout au long de son voyage, de débrouillardise et de courage. Prêt à tout pour survivre, il va accepter plein de petits métiers (plongeur dans un restaurant, maçon, vendeur à la sauvette…) en contrepartie d’un repas, d’un endroit où dormir. Il parvient même à économiser afin de pouvoir changer de pays.

 

Malgré la violence ambiante qu’il côtoie chaque jour rien n'entame l'espoir d'une vie meilleure. Enaiat affronte tous les dangers avec bravoure et détermination.

 

Il faut toujours avoir un désir devant soi, comme une carotte devant un âne, parce que c’est en essayant de satisfaire ses désirs qu’on trouve la force de se relever, il faut toujours avoir un rêve au-dessus de la tête, quel qu’il soit, alors la vie vaudra la peine d’être vécue.

 

Finalement, il retrouve à Turin l'un de ses amis d'enfance, Payam, est pris en charge par une famille d'accueil et obtient le statut de réfugié politique.

 

Comment on fait pour changer de vie comme ça, Enaiat ? Juste un au revoir.
On le fait, c'est tout, Fabio.
Un jour, j'ai lu que le choix d'émigrer naît du besoin de respirer.
C'est vrai. L'espoir d'une vie meilleure est plus fort que tout autre sentiment. Par exemple, ma mère a décidé qu'il valait mieux me savoir en danger loin d'elle mais en route vers un futur différent que me savoir en danger près d'elle, dans la boue et dans la peur pour toujours.

 

Le livre se lit presque comme un roman d'aventures, tant Enaiatollah y met de vie et d'énergie incroyable. L'auteur nous décrit ce périple, entrecoupé ça et là du propre discours du rescapé. Le récit est factuel, il se suffit à lui même : l'histoire est prenante, nul besoin de fiction.

Cette biographie nous éclaire sur le parcours d'un jeune migrant, sans apitoiement. A la fois tragique, mais aussi chargée d'espoir, elle nous permet de donner un visage à une actualité toujours aussi brûlante.

Une vraie leçon de vie, de courage et de foi dans l’humanité.

 

Aide visuelle

Malvoyant
Thème par défaut

Nouveautés