Coordonnées et Horaires

Médiathèque Municipale

Espace Prosper Mérimée

Boulevard Léon Cladel

82200 MOISSAC

Tel : 05.63.04.72.33

Courriel : mediatheque@moissac.fr

Facebook : Médiathèque de Moissac


Horaires

Mar Fermé 13h30-18h00
Mer 10h00-12h00 13h30-18h00
Jeu  10h00-12h00 13h30-18h00
Ven  Fermé

13h30-18h00

Sam  09h00-12h30 13h30-17h00
Dim Fermé
Lun Fermé


Horaires estivaux

Mar 09h00-12h00 13h00-16h00
Mer 09h00-12h00 13h00-16h00
Jeu 09h00-12h00 13h00-16h00
Ven 09h00-12h00

13h00-16h00

Sam  10h00-16h00
Dim Fermé
Lun Fermé

L'HERITAGE DU 20° SIECLE

Dans la première moitié du siècle, la période fasciste marque la culture et la littérature italienne. Plusieurs auteurs opposés au régime sont obligés de fuir en exil, alors que d'autres continuent courageusement une bataille idéologique, en risquant leur vie. Le fascisme devient lentement un régime dictatorial qui prend le contrôle de la société.

Dans ce contexte, Luigi Pirandello  sera l'un des auteurs qui influence le plus le roman et le théâtre italiens de la première partie du XXe siècle.

Prix Nobel de la littérature en 1934 pour avoir révolutionné les techniques de la dramaturgie moderne, il influencera le pessimisme existentialiste comme Jean Anouilh ou Jean-Paul Sartre, ainsi que la dimension absurde d'auteurs tels qu'Eugène Ionesco ou Samuel Beckett.

Après la Seconde Guerre mondiale, la chute du fascisme, la libération et le referendum de 1946, la monarchie est abolie et l’Italie devient une république. Les années successives sont des périodes de profond changement politique, culturel et social. Dans un climat intellectuel rénové, les auteurs sont libres de s'exprimer : la poésie, le théâtre et le roman retrouvent l’intérêt pour la valeur sociale de la littérature.
 
Zoom sur quelques auteurs :
 
Pier Paolo Pasolini,, écrivain, poète, journaliste, scénariste et réalisateur est emblématique de cette période. Son œuvre, incandescente et radicale, témoigne d'une quête exigeante et scandaleuse, dévoilant les illusions des utopies mortifères et les fausses critiques de la société contemporaine.
On aime par exemple, et parmi tant d’autres textes, Les Ragazzi, ce premier roman, publié en 1955, dans lequel Pasolini décrit crûment cet univers de garçons déshérités à la virilité brutale et précoce, petites frappes dépenaillées et gosses des rues qui traînent leur misère dans les rues de Rome de l’immédiat après-guerre. Avec ce texte, il pose les jalons d'une œuvre singulière, profondément personnelle et toujours controversée.
 
Dario Fo prix Nobel de Littérature en 1997, dramaturge, metteur en scène et acteur est un artiste hors normes, récompensé pour avoir « dans la tradition des bateleurs médiévaux, fustigé le pouvoir et restauré la dignité des humiliés. »
 
Primo Levi, turinois, incontournable pour tout ce que l’écriture offre dans le cadre du devoir de  mémoire. Il publie en effet plusieurs récits poignants sur son expérience de juif italien, de chimiste ou de prisonnier à l’exemple de  Si c’est un homme (1947), le récit de sa survie dans l'univers concentrationnaire.
 
Italo Calvino quand à lui, est un écrivain très polyvalent, et inclassifiable car il traverse tous les genres du siècle. Il est en effet à la fois un théoricien de la littérature, un écrivain réaliste, mais aussi et surtout - pour le grand public - un fabuliste plein d'humour dont l’œuvre, très riche, fait de lui l'un des plus grands écrivains italiens de la période moderne, mais aussi l’un des premiers écrivains italiens qui se sont insérés avec succès dans la littérature mondiale.
 
Umberto Eco est un des penseurs européens les plus importants de la fin du XXe siècle : il est reconnu pour ses nombreux essais universitaires sur la sémiotique, l’esthétique médiévale, la communication de masse, la linguistique et la philosophie. Mais c’est son œuvre romanesque qui le révèle au grand public, notamment avec Au nom de la Rose.

 

Incontournable également, Dino Buzzati, est un journaliste, peintre et écrivain dont l'œuvre la plus célèbre est Le Désert des Tartares. De son métier de journaliste lui vient l'habitude de chercher des thèmes et des récits de la vie quotidienne et d'en faire ressortir l'aspect insolite, parfois fantastique.
 
Enfin, Elsa Morante, originaire du Latium, est la première femme récompensée par le prix Strega, équivalent au Goncourt (L’île d’Arturo, 1957). Mais c’est la Storia, publié en 1974 qui est son œuvre la plus connue. Elle y raconte notamment son « bacille des ruines », ce traumatisme vécu de la guerre et d’en être une survivante. Une histoire écrite de manière très simple afin qu’elle puisse être lue et achetée par tous ceux qui n’avaient pas forcément accès à la littérature. Une auteure qui nous avons eu envie de vous faire redécouvrir avec un autre de ses romans : Aracoeli. mais aussi avec le roman Elsa, mon amour de Simonetta Greggio, une auteure d'aujourd'hui qui lui rend un hommage flamboyant.
Retrouvez la chronique Aracoeli d'Elsa Morante et Elsa, mon amour de Simonetta Greggio dans l'onglet COUPS DE COEUR.
 


Aide visuelle

Malvoyant
Thème par défaut

Nouveautés