Coordonnées et Horaires

Médiathèque Municipale

Espace Prosper Mérimée

Boulevard Léon Cladel

82200 MOISSAC

Tel : 05.63.04.72.33

Courriel : mediatheque@moissac.fr

Facebook : Médiathèque de Moissac


Horaires

Mar Fermé 13h30-18h00
Mer 10h00-12h00 13h30-18h00
Jeu  10h00-12h00 13h30-18h00
Ven  Fermé

13h30-18h00

Sam  09h00-12h30 13h30-17h00
Dim Fermé
Lun Fermé


Horaires estivaux

Mar 09h00-12h00 13h00-16h00
Mer 09h00-12h00 13h00-16h00
Jeu 09h00-12h00 13h00-16h00
Ven 09h00-12h00

13h00-16h00

Sam  10h00-16h00
Dim Fermé
Lun Fermé

PASSION SIMPLE D'ANNIE ERNAUX

 "Passion simple" est un texte intime, privé, écrit sous la forme d'un journal secret, tenu comme suspendu au fil des jours, des heures que laissent languir l'attente des jours passés loin de l'amant.

 

Les amours qui nous sont ici racontées sont des amours physiques, sans transcendance, et aussi sans avenir, ce qui confère au texte une certaine dimension tragique.
Mais cette vision très crue de l'amour prend le contre-pied d'un certain nombre de clichés et c’est ce qui rend ce texte très intéressant.
Tout d'abord, elle est le fait d'une femme, qui nous parle ouvertement de sa sexualité, ce qui, en 1992, quand est sorti le livre, n'était pas si fréquent : ainsi l'homme est-il réduit au strict minimum  (un sexe), et n'a qu'une fonction, satisfaire sa partenaire.
De plus cette femme qui couche sans vergogne avec un homme jeune, est arrivée à un âge où on la verrait plutôt s'occuper de confitures. Or, au lieu de cela, que fait-elle ? S'acheter des toilettes et des chaussures pour mieux plaire à son visiteur, feuilleter des magazines de mode, écouter des chansons sentimentales, bref, retrouver les habitudes de la jeune femme qu'elle a été, comme si vivre une passion était aussi une manière de renverser le cours du temps.

 

« À partir du mois de septembre l'année dernière, je n'ai plus rien fait d'autre qu'attendre un homme : qu'il me téléphone et qu'il vienne chez moi. […] Je n'avais pas d'autre avenir que le prochain coup de téléphone fixant un rendez-vous. […] J'évitais aussi d'utiliser l'aspirateur ou le sèche-cheveux qui m'auraient empêchée d'entendre la sonnerie. Celle-ci me ravageait d'un espoir qui ne durait souvent que le temps de saisir lentement l'appareil et de dire allô. En découvrant que ce n'était pas lui, je tombais dans une telle déception que je prenais en horreur la personne au bout du fil. Dès que j'entendais la voix de A., mon attente indéfinie, douloureuse, jalouse évidemment, se néantisait si vite que j'avais l'impression d'avoir été folle et de redevenir subitement normale. J'étais frappée par l'insignifiance, au fond, de cette voix et l'importance démesurée qu'elle avait dans ma vie. »

Lien vers la notice

 

Aide visuelle

Malvoyant
Thème par défaut

Nouveautés