Coordonnées et Horaires

Médiathèque Municipale

Espace Prosper Mérimée

Boulevard Léon Cladel

82200 MOISSAC

Tel : 05.63.04.72.33

Courriel : mediatheque@moissac.fr

Facebook : Médiathèque de Moissac


Horaires

Mar Fermé 13h30-18h00
Mer 10h00-12h00 13h30-18h00
Jeu  10h00-12h00 13h30-18h00
Ven  Fermé

13h30-18h00

Sam  09h00-12h30 13h30-17h00
Dim Fermé
Lun Fermé


Horaires estivaux

Mar 09h00-12h00 13h00-16h00
Mer 09h00-12h00 13h00-16h00
Jeu 09h00-12h00 13h00-16h00
Ven 09h00-12h00

13h00-16h00

Sam  10h00-16h00
Dim Fermé
Lun Fermé

LE NATURE WRITING, UN COURANT D'ECRITURE AMERICAIN

Tour d'horizon des auteurs emblématiques :

- Henry DavidThoreau , écrivain-philosophe naturaliste est connu pour ses positions marquées , faisant de lui le père de la désobéissance civile mais il est également connu pour être l’inspirateur d’un courant majeur aux Etats-Unis : le nature-writing (en compagnie de Ralph Emerson).

Sa conception de la nature le classe parmi les précurseurs de l’écologie.

« Etre philosophe ne consiste pas simplement à avoir de subtiles pensées, ni même à fonder une école, mais à chérir assez la sagesse pour mener une vie conforme à ses préceptes »

Qu’à cela ne tienne ! Thoreau décide de se mettre en pratique et de mener une vie philosophique au quotidien.

Pour Thoreau, la nature est avant tout l’essence véritable de la vie : « Je m’en allais dans les bois parce que je voulais prendre le temps de vivre, faire face seulement aux faits essentiels de la vie (…) vivre profondément, sucer toute la moelle de la vie, vivre assez vigoureusement et de façon spartiate pour mettre en déroute tout ce qui n’était pas la vie » (Walden).

Mais la nature est également un remède contre la société, prompt à régénérer l’individu : Loin de l’agitation du monde et de son lot d’illusions, l’isolement de Thoreau dans un environnement naturel est propice à la culture de soi. Contemplant l’espace poétique qui l’entoure, le naturaliste entretient ce qu’il nomme le « matin intérieur », c’est-à-dire un état transcendantal préalable à toute pensée et à tout ressenti, antérieur à toute expérience. C’est plus précisément de la marche dont découle cet éveil spirituel : « Je suis d’avis, écrit Thoreau, que je ne peux conserver ma santé et mes esprits à moins de ne passer au minimum quatre heures par jour (…) à flâner à travers les bois, les collines et les champs, totalement dégagé de toute préoccupation matérielle » (Walden). L’art de flâner dans la nature est ainsi élevé au rang d’une pratique introspective. Activité éminemment spirituelle, la marche n’est pas tant la libération de l’esprit par la mise en mouvement du corps qu’un acte d’affirmation de la liberté de l’être tout entier. En décrivant ce phénomène, Thoreau insiste sur le caractère thérapeutique de la nature, dont la proximité intime lui fournit une sécurité affective.

Enfin, La nature est aussi un appui pour développer un sens critique sur la société. En se réfugiant dans la nature, Thoreau s’éloigne du sens commun et des aliénations de la société marchande pour renouer avec lui-même dans la solitude. Ascète attaché à une vie très frugale, il contemple la vie urbaine et industrialisée naissante avec une distance critique. Il dénonce son artificialité en résumant les véritables nécessités vitales à quatre éléments : « Pour l’homme, on peut les diviser en plusieurs catégories dans nos climats : nourriture, abri, vêtement et combustible. En effet, c’est seulement lorsque nous nous sommes assurés de les avoir que nous pouvons aborder les vrais problèmes de la vie avec un esprit libre et quelque chance de réussir » (Walden). Ayant inspiré les théories écologistes modernes de la « décroissance » ou de la « simplicité volontaire », la philosophie de Thoreau pointe du doigt les devoirs de l’humanité à l’égard de la nature : la soigner, la protéger, et échanger avec elle. L’homme doit tout particulièrement économiser les ressources naturelles en adoptant un mode de vie individuel qui prend en compte les autres êtres vivants.

 (source analytique : Romain Treffel, auteur du livre 1000 idées de culture générale)

Retrouvez la chronique de la bande-dessinée Thoreau : la vie sublime / A.Dan & M. Le Roy dans l'onglet COUPS DE COEUR

 

- Jim Harrisson, le chef de file.Quand on pense aux grands espaces américains et au nature writing contemporain on pense immédiatement à Jim Harrison surnommé « Big Jim », « Gargantua Yankee ». Jim Harrison était un poète amoureux de la nature qui fuyait les grandes villes. Il est né en 1937 dans le Michigan, état très boisé pour lequel il aura toute sa vie un profond attachement.

Cet amour de la vie sauvage et de la nature, transmis par ses grands-parents fermiers et son père qui lui apprendra les rudiments de la chasse et de la pêche, se fond dans toute son œuvre.

La vie de Jim Harrison n’a pas été un long fleuve tranquille, il a subi plusieurs drames : il perd un œil à 7 ans, quelques années plus tard son père et sa sœur meurent dans un accident de voiture…. Et à chaque fois la nature et les grands espaces américains seront un refuge pour lui.

Si le thème de la Nature, véritable leitmotiv, confère une profonde singularité à son œuvre, celui des sociétés autochtones amérindiennes participe également à forger l’identité de ses écrits. L’auteur se décrivait comme un artiste “parti dans les forêts, près des lacs et des rivières, loin des gens.

A sa mort en 2016, Jim Harrison a laissé une œuvre conséquente et remarquable. Vingt et un ouvrages de fiction, quatorze recueils de poèmes, plusieurs essais, mémoires et un livre pour enfant… Il a largement marqué le monde de la littérature.

L’auteur demeure également célèbre pour ses « Légendes d’Automne » (1979), dont l’une d’elles sera adaptée au cinéma en 1995 par Edward Zwick, avec pour acteurs principaux Brad Pitt, Antony Hopkins et Julia Ormond.

 

Retrouvez la chronique Les Jeux de la Nuit de Jim Harrisson dans l'onglet COUPS DE COEUR.

 

- Smith Henderson, l'héritier. L'auteur est né et a grandi dans le Montana, au sein d’une famille de cow-boys et de fermiers. Après des études de lettres classiques, il devient éducateur spécialisé puis se dirige vers le journalisme. Son premier roman, Yaak Valley, Montana, est pressenti  pour être un futur classique du roman américain.

Nous ne vous en disons pas plus...

 

Retrouvez la chronique Yaak Valley, Montana de Smith Henderson dans l'onglet COUPS DE COEUR

 

 

 

- Jon Krakauer. L’auteur est un écrivain américain né dans le Massachusetts en 1954. Très tôt son père lui donne le goût de la montagne et à 20 ans il a déjà de nombreux exploits d’alpinisme derrière lui. En 1983 il devient grand reporter pour des magazines tels que Rolling Stone ou National Geographic. En 1996 il est envoyé sur l’Everest où il est le témoin d’un drame : la mort de 8 alpinistes lors d’une tempête. De cette tragédie il écrit un livre « tragédie à l’Everest » qui paraît l’année suivante en 1997. Cet ouvrage est considéré comme un chef d’œuvre de la littérature de montagne.

 

Il est surtout connu pour être l’auteur de  Into the Wild  publié au départ sous le titre  Voyage au bout de la solitude  en 1997. Ce livre raconte le parcours dramatique et réellement vécu d’un jeune homme qui a voulu vivre jusqu’au bout son impossible idéal dans la nature sauvage des Etats-Unis.

Un livre-culte qui a donné lieu à une adaptation cinématographique par Sean Penn en 2007.

 

Retrouvez la chronique Into the Wild de Jon Krakauer dans l'onglet COUPS DE COEUR

 

Aide visuelle

Malvoyant
Thème par défaut

Nouveautés